La vaine recherche de divertissements

AccueilAccueil
reporter
Tout au long de l'occupation, Rome fut envahie de fantassins, de tankistes, de SS et même de mécaniciens chargés de conduire les locomotives, les Allemands n'ayant aucune confiance dans les cheminots italiens. En service, les Allemands patrouillaient à bord de véhicules blindés, pointant leur mitrailleuse sur les passants ou conduisant leurs camions sur les trottoirs avec un mépris souverain pour les piétons.
En permission, ils recherchaient les attraits de la Ville Éternelle. Mais ils se heurtaient à une telle hostilité de la population que les soldats reçurent l'ordre de toujours porter leurs armes et de ne jamais circuler seuls. Parfois, les Allemands réussissaient à faire la connaissance de jeunes filles, mais la plupart du temps ils restaient entre eux.
officier allemand à rome en 1944
allemands à rome en 1944
La loi martiale rendait aussi toute fraternisation difficile. Même à l'occasion du réveillon du jour de l'An, les civils, en raison du couvre-feu, durent rester chez eux à 21 heures. Faute de pouvoir trouver des filles et fêter la nouvelle année en dansant, les Allemands n'eurent d'autre ressource, à minuit, que de tirer en l'air des coups de fusil, de revolver ou des rafales de mitrailleuse jusqu'aux premières heures du jour.