AccueilAccueil

La tannière du Loup


le repaire de Hitler
Après 1940, Hitler vivait de plus en plus éloigné du public, soit dans les interminables appartements de la Chancellerie, à Berlin, soit dans son « nid d'aigle », à Berchtesgaden, soit encore dans l'un des camps retranchés solidement défendus en profondeur qui lui servaient de G.Q.G. et où, à l'abri de tout danger, il dirigeait son chef-d'oeuvre : la guerre.
En 1944, son principal Q.G. se trouvait à Rastenbourg, en Prusse-Orientale. C'était un camp situé au sein d'une profonde forêt et baptisé « la Tanière du loup », nom qui ne manquait pas de romantisme. Hitler décidait ses déplacements de la manière la plus arbitraire et son entourage (civil et militaire) s'adaptait à ces voyages imprévus avec une alacrité d'automates. Les dates des « déménagements » n'étaient connues à l'avance que de quelques intimes et les plans de déplacement du train blindé ou des avions n'étaient communiqués qu'au tout dernier moment et seulement à ceux dont le concours était indispensable.