Il y avait Blondi, la chienne préférée d'Hitler

Un singulier roman d'amour...

.C'était un superbe berger d'Alsace une chienne. Pour changer les idées de Hitler qu'obsédait la capitulation de Stalingrad, Bormann lui avait, un jour de 1943, amené la bête, et Biondi était restée.
Ce fut un singulier roman d'amour. Dès que la chienne se mettait à manifester de la sympathie à quelqu'un d'autre que lui-même, Hitler la faisait chasser.
Quand Hitler s'établit en permanence dans son Q.G. de l'Est, sa chienne le suivit.
A Rastenburg, ses rares moments de détente, Hitler les passait en compagnie de l'animal. Dans les clairières du Q.G. avait été construite une piste d'obstacles que Biondi devait franchir sur ses ordres. Et. pour sa chienne, Hitler acceptait de quitter sa chambre bien avant l'heure où il avait accoutumé de se faire réveiller, pour entreprendre avec la bête de solitaires promenades matinales à l'écart des zones minées de la Wolfschantze, la Tanière du loup », sous les tristes arbres silencieux.
Par la suite, lorsque Hitler rentra à Berlin. après l'échec de l'offensive de l'Ardenne, Biondi revint avec lui, dans les jardins de la Chancellerie ravagés par les bombes. Et Biondi aussi allait descendre aux Enfers, dans le bunker aux trente-sept marches, à peine achevé en janvier 1945.
Blondi le chien de Hitler
suivant