Staline se marie une première fois

Elle priait Dieu pendant que son mari prêchait l'athéisme

.Etant resté en prison et en Sibérie pendant un an et neuf mois à la suite de sa première arrestation, il s'évade le 4 janvier 1904, retourna à Tiflis et consomma son premier mariage.
Sa femme était Catherine Svanidze, une Géorgienne qui priait Dieu pendant que son mari prêchait l'athéisme. Il ne l'empêcha pas de pratiquer sa religion. D'après les Mémoires de ses amis, ce mariage fut heureux. En 1906, naquit un enfant mâle qui fut appelé Jacob. Au bout d'un an, Catherine mourut de tuberculose. Un camarade de jeunesse de Staline qui assista à l'enterrement écrivit que Staline, d'humeur sombre, plaça sa main droite sur son coeur, et désignant le cercueil, dit :
Cette créature a adouci mon coeur de pierre. Elle est morte et, avec elle, sont morts mes derniers sentiments chaleureux pour toutes les créatures humaines.
Jacob, le bébé orphelin, fut élevé par les parents de Catherine. Comme adolescent, il passa plusieurs années au Kremlin avec son père qui le battait lorsqu'il fumait. Plus tard, il vécut à part et préféra ne pas attirer l'attention sur sa parenté avec son père. A un certain moment, il travailla au chemin de fer, en Sibérie, et ce fut .peut-être comme humble mécanicien de locomotive qu'il servit pendant la Seconde Guerre mondiale. Les nazis le firent prisonnier et il passe pour s'être suicidé dans un camp allemand.
Arrêté une deuxième fois, le 25 mars 1908 (à gauche), Staline s'évada seulement au bout d'un an et trois mois. La fois suivante, il resta prisonnier du 23 mars 1910 au 6 septembre 1911 ; la foi d'après, du 9 septembre 1911 au 29 février 1912 ; puis du 22 avril au 1°' septembre 1912 et la dernière fois du 23 février 1913 jusqu'en mars 1917.
La plus grande partie de sa détention se passa dans des villages sibériens où les exilés étaient libres de rencontrer des hommes et des femmes et de faire ce qui leur plaisait, à condition de rester dans la région désignée. Chez un homme aussi froid que Staline ou affligé de telles inhibitions, ces alternances de liberté et d'exil n'étaient guère favorables à des attachements sentimentaux durables.
première femme de Staline
Staline prisonnier en 1908
suivant