La naissance... La nuit des longs couteaux

Le désordre nazi SA cède la place à l'ordre SS

La naissance de la SS
En mars 1923, Goering crée une garde pour protéger à n'importe quel prix, la vie du Führer : quelques fidèles de la première heure prêtent serment à Hitler et se nomment la Stabswache (corps de garde). Ils portent un uniforme : casquette noire, brassière à bords noirs portant croix gammée, emblème à tête de mort.
C'est à leur propos qu'apparaît le terme de SS. Qui sont-ils ? Des artisans, des ouvriers, des petits-bourgeois. Il y a Berchtold, leur chef, un marchand de cigarettes; Ulrich Graf, premier garde du corps de Hitler, ancien boucher et lutteur de foire etc. La S.S. apparaît pour la première fois sur le devant de la scène de l'histoire au cours de la nuit des longs couteaux. Le 30 juin 1934, Hitler prend la décision de décapiter l'état-major de la S.A. et de dissoudre l'organisation des « chemises brunes » qui rassemble tous les militants du parti et dont les manifestations brutales et tapageuses dominaient la rue et la vie politique allemande depuis 1921.
Le 30 juin, avec sa rapidité habituelle, Hitler étouffe dans l'oeuf la tentative de la S.A. de s'emparer du pouvoir. L'affaire est réglée au sein du parti, en dehors de toute légalité, avec l'appui de la S.S. . Les chefs S.A. sont arrêtés, exécutés sur place ou livrés à des pelotons d'exécution improvisés. Roehm, surpris en plein sommeil, est jeté en prison après une dramatique entrevue avec le Führer, il est abattu dans sa cellule, après avoir refusé de se servir du revolver mis à sa disposition.
Multiples visages de la SS
Bottés et vêtus d'une élégante tenue noire, les S.S. armés seront les mauvais anges gardiens du régime. Recrutés dans un milieu plus élevé que la S.A., ils se montreront plus discrets, mais feront preuve d'une terrible efficacité. Complètement acquis à l'idéal national-socialiste, la principale qualité des S.S. est une fidélité absolue et une obéissance aveugle aux ordres du Führer .
Témoins de la foi raciste mais aussi gardiens de cette foi, ils se feront tout naturellement inquisiteurs. Vivant en même temps la fondation d'une Eglise et son agonie, ils réussiront à être à la fois bourreaux et martyrs. Pour leur Führer, ils tueront et ils seront tués.
Cette vocation de la mort donnée et de la mort reçue s'exprime dans cette tête de mort dont ils font leur symbole. Dès leur création, ils sont marqués de c.e signe et n'auront fait que rester fidèles jusqu'au bout à leur origine interne.
La SS, dans la douzaine d'années qui va suivre la prise du pouvoir, va revêtir des visages divers et même parfois contradictoires.
Le SS, c'est le policier qui arrête le suspect au petit matin blême et c'est le soldat qui affronte les chars ennemis, seul dans son trou, le panzerfaust au poing. Le SS, c'est l'archéologue qui découvre les ruines de la cité viking de Haithabu et c'est le mouchard qui fouille dans les corbeilles à papiers. Le SS, c'est le gardien des camps de concentration et le pourvoyeur des fours crématoires.
naissance de la SS
SS
suivant