Abandon des porte-avions à l'agonie

La supériorité japonaise dans le Pacifique détruite à jamais

Un destroyer torpilla l'Akagi
Les bombes n'avaient touché que le pont d'envol et le pont-hangar de l'Akagi, mais bien que ses machines fussent encore intactes, les incendies alimentés par l'essence des avions et les canalisations de mazout devinrent si importants que l'équipage ne put les maîtriser, malgré sept heures d'efforts. A 17 h 15, Aoki, commandant le navire, perdit tout espoir de sauver son bâtiment. On transféra le portrait de l'empereur sur un destroyer et on abandonna le porte-avions. Un destroyer torpilla l'Akagi.
Aucun espoir pour le Kaga
Des incendies alimentés par le carburant ravageaient également le Kaga; il n'y avait aucun espoir de le sauver. A 16 h 40, on donna l'ordre d'abandonner le Kaga et, 19 h 25, il fut déchiqueté par deux puissantes explosions, puis coula.
L'hymne national japonais
Le Soryu avait été également bombardé. Ses moteurs étaient arrêtés, l'eau déferlait dans les cales, les pompes tombèrent en panne, et des centaines de marins, fuyant les flammes, se jetèrent A la mer.
L'officier commandant le Soryu, le captain Yanigimoto, demeura résolument sur sa passerelle noircie par le .feu. Un destroyer approcha et on essaya de persuader Yanigimoto de quitter le navire condamné. Il refusa et on le vit, pour la dernière fois, environné de nuages de fumée, chantant l'hymne national japonais.
bataiile de midway
flotte japonaise à Midway
suivant