1500 français manquent à l'appel

Morts, prisonniers et blessés graves

C'est lors de l'opération de décrochage finale que les pertes de la 1 BFL sont les plus lourdes: 72 tués, 21 blessés, et surtout 763 disparus, alors que le siège proprement dit se solde par 99 morts et 109 blessés. Ces 763 hommes sont portés disparus lorsque, après quelques jours (certains, perdus ou obligés de se cacher pour échapper à l'ennemi, mettront huit jours à rallier les lignes britanniques!), tout espoir est abandonné de les revoir. Près de 600 d'entre eux sont capturés, parmi lesquels des hommes qui, ayant échoué dans leur percée, sont retournés dans Bir Hakeim pour y livrer un baroud d'honneur.
Rommel écrira dans ses carnets que, le 11 juin, ses troupes avaient encore dû se battre pour investir de la place. Quelques jours plus tard, 147 de ces prisonniers trouvent la mort lors du torpillage, par un sous-marin britannique, du navire italien qui les emmène vers un camp d'internement en Italie... Seuls 160 de ces 763 disparus le seront réellement: perdus dans le désert, morts de soif, d'épuisement ou dans des combats individuels.
Au total, sur les 3 700 combattants de Bir Hakeim, 1 500 manquent à l'appel, morts, prisonniers et blessés graves, en proportion relativement égales. Quant aux pertes de l'Axe à Bir Hakeim, si leur nombre exact reste indéterminé, on sait qu'elles sont beaucoup plus importantes que celles des Français libres.
les survivants de bir hakeim
suivant