Les Jocks columns

Ces colonnes titillent les Allemands

Les deux armées s'observent. Les Allemands, matin et soir, font survoler à haute altitude les positions de Bir Hakeim par un charognard qui signale les mouvements ; les Britanniques ont tendu un rideau d'automitrailleuses.
Pour se faire la main, de petites colonnes motorisées de toute arme vivent dans le désert. Bir-Hakeim en fournit une, parfois deux.
Ces jock columns titillent les Allemands, s'orientant à la boussole ou au compas solaire, elles posent des mines sur les arrières ennemis, capturent des prisonniers la nuit, abattent deux « Stuka », attaquent au canon les véhicules ennemis isolés. Le soir et le matin, lorsque la chaleur ne provoque plus de mirage, la colonne agit, puis, quand la nuit tombe elle se forme en carré qui doit, s'il a été repéré, s'évanouir dans j'ombre, se déplaçant en un seul bloc sans lumière.
Cette vie du désert est apparemment saine, mais il y a le vent de sable, la dysenterie et ces myriades de mouches plus tenaces que des mendiants égyptiens.
jock columns à Bir Hakeim
suivant