Défaite militaire mais victoire diplomatique

De Gaulle apparaît grandi et légitimé aux yeux des Alliés

Sur la scène internationale, grâce à l'héroïsme des combattants de Bir Hakeim, de Gaulle apparaît grandi et légitimé aux yeux des Alliés. Churchill lui réaffirme son soutien, l'empêchant ainsi de transporter le siège de la France libre à Moscou, comme envisagé un moment. De Gaulle n'est certes pas encore au bout de ses peines et, jusqu'à la victoire finale, il devra batailler pour se faire entendre à Londres ou à Washington. Mais Bir Hakeim représente sans nul doute la première étape importante de ce processus.
Pour autant, la guerre du désert est loin d'être terminée. Et si l'épisode de Bir Hakeim constitue une « victoire », elle ne peut à elle seule masquer l'échec grave — sans doute le plus grave — subit par la 8' armée dans le cadre de l'opération Crusader, lancée sept mois auparavant. Le 21 juin, Tobrouk tombe aux mains des Germano-Italiens après un siège d'une semaine, et Rommel est fait maréchal par Hitler. Le 30 juin, les troupes allemandes atteignent El-Alamein six heures après que les soldats britanniques ont fini de creuser leurs tranchées ! Ce sera là le point extrême de l'avancée de l'Axe en Afrique. Tout paraît sombre. Et pourtant, c'est l'un des tournants de la guerre...
de gaulle après bir hakeim
suivant