La Pologne des Colonels

Ils étaient trois... le président Moscicki, le maréchal RydzSmigly, et le plus influent, le colonel Beck.

En 1939, le gouvernement polonais était connu sous le nom de gouvernement des colonels. Ils étaient trois: le président Ignacy Moscicki, qui avait jadis eu ce grade dans l'armée ; le maréchal RydzSmigly (au centre), commandant en chef des forces armées polonaises qui, bien entendu, avait été colonel et le plus habile et le plus influent du trio, le colonel Josef Beck (à gauche), qui avait exercé tous les métiers.
Quiconque a jamais approché Josef Beck ou eu affaire à lui a, sur le personnage, quelque histoire à raconter. A Paris, son dossier aux archives du Deuxième bureau est presque aussi long que le couloir de Dantzig. Il date de l'époque où, jeune adjoint de l'attaché militaire à Paris, il avait subtilisé un document confidentiel sur le bureau d'un général français. On y trouve comment il se vendit aux Allemands ; comment il leur passa des secrets militaires français, ce qui lui valut d'être expulsé de
France. On y trouve des détails sur sa conduite impitoyable au moment de Munich ; comment il étouffa délibérément les appels déchirants des Tchèques et falsifia certains documents en vue de rendre inopérant le traité d'amitié tchécopolonais toujours en vigueur en 1938.
Josef Beck était alcoolique ; c'était là le moindre de ses vices. En 1938 et 1939, il buvait encore plus que d'habitude parce qu'il avait un cancer et qu'il trouvait dans l'alcool un calmant pour les douleurs dont il souffrait presque continuellement. Quelques mois plus tôt, il avait reçu un petit groupe de personnalités britanniques présidé par Alfred Duff Cooper, Premier lord de l'Amirauté, et sa ravissante épouse, lady Diana. Avec toute une bande d'invités, ils avaient débarqué à Gdynia du yacht de l'Amirauté, Enchantress.
« Ce fut la grande nouba, hier soir », écrit Diana Cooper dans son journal. « Sans aucune retenue. Le tout assorti de Tziganes et de bonnets jetés par-dessus les moulins à vent de Gdynia. Nous sommes tous descendus dîner avec le colonel Beck dans un appartement d'une résidence gouvernementale. Chère succulente : borchtch, langoustes et vodka. J'étais assise à côté de Beck. Sans doute y a-t-il en lui plus que je n'ai su voir. Car je n'ai vu qu'un dur-à-cuire, et à tout prendre, un dur-à-cuire passablement éméché. »
pologne des colonels en 1939
suivant