Le Tigre... Un nouvel espoir

La Wehrmacht restait une armée bien équipée et capable d'affronter de durs combats.

En préparant cette offensive d'été, les dirigeants allemands tenaient compte de leur potentiel économique qui se trouvait en constante progression. La production de chars moyens et lourds, qui était de 5 700 en 1942, était montée à 11 900 en 1943 et, dans le même temps, celle des avions était passée de 14 700 à 25 200. Quant aux canons et mortiers, le Reich en avait produit deux fois plus en 1943 qu'en 1942, sans compter que les derniers sortis étaient pour la plupart d'un type nouveau. Les munitions, elles, sortaient à une cadence trois fois plus rapide en 1943 qu'en 1940. Dans ces conditions, le haut commandement allemand était en mesure non seulement de combler ses pertes en armes et en matériel, mais encore d'équiper de nouvelles unités qui étaient sur le point de voir le jour.
Sur ce nouveau matériel, de nombreux espoirs étaient fondés, en particulier sur les récents chars et canons d'assaut dont la production s'était singulièrement accrue au cours de l'été de 1943. Le Pzkw-VI « Tigre », puissante machine pesant 56 tonnes; armée d'un canon de 88 ainsi que de deux mitrailleuses, bénéficiait d'un blindage frontal épais de 100 mm (150 mm pour le Tigre Royal). Le nouveau char moyen Pzkw-V « Panthère » était aussi entré en production massive et le nouveau canon automoteur Ferdinand avec son blindage frontal de 203 mm et son tube à tir rapide de 88 mm, sans compter sa mitrailleuse, était également inscrit sur les plannings de production.
Les Allemands avaient de plus accordé la plus grande attention au renouvellement du matériel de la Luftwaffe. Celle-ci avait déjà commencé à recevoir de nouveaux appareils, comme le Focke-Wulf-190 A, chasseur dont la vitesse maximale dépassait 680 km/h, et le Henschel-129, employé en appui direct d'infanterie sur le champ de bataille. Tous les deux possédaient un armement important.
Tandis qu'ils dotaient leurs forces armées de nouveaux matériels, les Allemands se hâtaient de compléter leurs divisions, qui avaient subi de lourdes pertes. En juillet 1943, les effectifs des forces armées allemandes s'élevaient au total à 10 300 000 hommes, soit à peu près le même chiffre qu'en 1942. La Wehrmacht restait donc une-armée puissante, bien équipée et capable d'affronter de durs combats.
le char tigre allemand
suivant