L'imprenable Tarawa

Un des ouvrages les mieux fortifiés du monde, compte tenu de ses dimensions

Mille travailleurs japonais
Mille travailleurs japonais et 1200 manoeuvres coréens avaient transformé les 115 hectares de Betio en l'un des ouvrages les mieux fortifiés du monde, compte tenu de ses dimensions. Quatorze canons côtiers, dont quatre de 203 mm à tir rapide, achetés longtemps avant la guerre aux Anglais, surveillaient la côte. Quarante pièces supplémentaires étaient placées à des points stratégiques pour couvrir d'un rideau de feu les voies d'approche et les plages.
Une barrière de rondins de cocotiers d'un mètre vingt bordait le lagon, et plus de cent mitrailleuses étaient en position derrière ce parapet pour en défendre l'approche. En outre, chacun des bunkers de Shibasaki était en soi une véritable forteresse. Les ouvriers avaient creusé des trous profonds dans le corail, les avaient doublés d'acier et de béton, recouverts de corail et de rondins, le tout arrondi en monticules qui ne formaient pas d'ombres nettes sur les photographies aériennes; les obus et les bombes ricochaient par-dessus sans leur faire grand mal.
Les postes de commandement et les dépôts de munitions de Shibasaki se trouvaient, eux aussi, en lieu sûr dans une série de blockhaus à l'épreuve des bombes, certains pourvus de deux étages, avec des murs de 2,50m et des toits d'acier et de béton. Même touchées de plein fouet par de gros obus, ces structures avaient de fortes chances de demeurer intactes. De surcroît, les défenseurs disposaient d'un réseau de tranchées très élaboré; même sous le bombardement, les soldats d'élite des Forces spéciales de débarquement de la marine pouvaient, en parcourant ces tunnels au pas de course, rejoindre rapidement un secteur menacé de la ligne de défense nippone.
Défenses de Tarawa en 1943
suivant