Le dernier voyage

Le 31 décembre 1942, l'empereur donna son accord à l'abandon de Guadalcanal.

La dernier assaut
Le 23 octobre, la 2e division japonaise (composée de huit bataillons, soit 5 600 combattants) franchit le Matanikau et attaqua le périmètre est en force avec des chars. Un tir concentré d'artillerie stoppa son avance et lui causa des pertes sanglantes.
Puis, vingt-quatre heures plus tard, le général Maruyama déboucha du sud avec le gros des troupes (plus de 7 000 hommes). Pendant deux jours, les Japonais se ruèrent à l'assaut des hauteurs situées au sud de l'aérodrome. Ils parvinrent même à s'assurer une enclavé à l'intérieur du périmètre, puis, à l'instar de la brigade de Kawaguchi, ils se replièrent dans la jungle, épuisés, après avoir perdu 3 500 hommes.
L'abandon de Guadalcanal
Pour les Japonais, la question se posait de savoir s'ils poursuivraient leurs efforts pour arracher aux Américains l'aérodrome Henderson et les bois de cocotiers dévastés qui l'entouraient. Mais le quartier général impérial refusait d'accepter la défaite ; la XVIIe armée reçut donc des divisions et des brigades fraîches expédiées des quatre coins de l'empire du Soleil-Levant et la 28e division du général Sano s'entendit ordonner de partir pour Guadalcanal, en prévision d'une quatrième tentative pour chasser les Américains, opération qui devait être lancée vers le milieu du mois de janvier 1943.
Mais, à la mi-novembre 1942, une escadre navale U.S. empêcha, d'ailleurs au prix de lourdes pertes, une escadre japonaise de bombarder l'aérodrome Henderson et de neutraliser ainsi l'aviation ; les avions sauvés par cette action héroïque attaquèrent un convoi de onze transports qui emmenait vers Guadalcanal le gros de la division du général Sano. Six navires furent coulés, un désemparé, et quatre autres durent être échoués. Deux mille hommes seulement, la plupart sans équipement, atteignirent Guadalcanal. Le Q.G. impérial décida, à contrecoeur et après maintes tergiversations, que les pertes en hommes et en matériel étaient trop importantes et qu'il convenait d'arrêter la lutte. Depuis le 7 août, les Japonais avaient perdu 65 navires de combat et plus de 800 avions. Le 31 décembre 1942, l'empereur donna son accord à l'abandon de Guadalcanal.
guadalcanal 1942
bataille de Guadalcanal
suivant