Les forces en présence

C'est dans le domaine de la stratégie et de la tactique que l'Allemagne va l'emporter

Les forces en présence
Côté allemand, on procède à l'entraînement intensif des soldats dont la plupart n'avaient jusque-là aucune aptitude au combat. On se dote de véritables stocks de munitions. On  développe l'équipement matériel. Et merci aux gouvernements français et anglais de Munich : sur les dix divisions de blindés que la Wehrmacht va jeter dans la bataille en mai 1940, trois, dont celle du général Rommel, seront équipées de blindés de fabrication tchèque. Merci également au haut commandement français, qui, syndrome de la ligne Maginot oblige, transforme ses soldats en maçons bétonneurs de casemates fortifiées au lieu de les préparer au combat.

drôle de guerre
soldat allemand en 1939

Côté blindés, les choses ne valent guère mieux: 2 439 tanks allemands dont 523 panzers et 955 panzers II contre 4 204 chars alliés dont 3 254 français, certains mieux protégés et armés. Seule différence, de taille il est vrai : conçus pour accompagner l'infanterie sur de courtes distances, les blindés alliés ne disposent que de petits réservoirs de carburant. En mai 1940, les rares contre-attaques des Somua, des chars B et des Matilda britanniques sèmeront la panique chez leurs adversaires. Mais sur quelques kilomètres uniquement. Après, c'est la panne sèche...
Côté aviation enfin, les Allemands disposent de 3 575 appareils contre 3 562 français sans compter les avions anglais, néerlandais ou belges. Infériorité à pondérer toutefois en raison de doctrines d'emploi opposées. Le Reich misant tout sur une guerre courte, la Luftwaffe engagera l'essentiel de ses forces d'un coup, tandis que les Français, certains qu'on va vers une réédition de 1914­1918, ménagent leurs escadrilles dont une partie restera stationnée dans le sud du pays, voire en Afrique du Nord. Même prudence chez les Britanniques: Churchill n'acceptera d'engager ses Spitfire contre les Messerschmidt 109 allemands, qu'à proximité des côtes anglaises.A l'heure de l'offensive sur le front Ouest, les Allemands alignent 2 589 avions de combats opérationnels contre 1 453 pour les Alliés. Si la balance de toutes les forces penche en faveur des Alliés, c'est dans le domaine de la stratégie, de la tactique et de la logistique que l'Allemagne nazie va l'emporter par une hardiesse sans précédent...

suivant